29.06.10

À QUOI TU PENSES ?
(3 x 9 lignes de 41 signes avec espaces.)

01. à quoi tu penses ?
je pense que deux bagages à main imposent
à l’intérieur d’un wagon des contorsions,
compatibles avec beckett au fond, avec le
premier amour lu relu le temps d’un train
puis d’attaque presque pour les descentes
lentes vers les longues submersions
, il y
a dehors les champs d’herbe, d’orge (chez
moi c’est soil) et sa chevelure flexueuse
et moi « libre de penser à autre chose ».


02. à quoi tu penses ?
je pense, en gare de rennes à cette femme
à l’anouk aimée — je devrai, le lendemain
— hasard (nécessité) revoir la dolce vita
prêté par la médiathèque georges perros —
et ces lunettes qui lui mangent le visage
(sise place de l’enfer, à douarnenez (29)
(une femme naguère me dit dans l’été vert
de celle monge, son soleil qui va cillant
que mes lunettes me dévorent le visage)).

03. à quoi tu penses ?
je pense, en train à recenser mes bords :
des meules (de parallélépipédiques, cinq,
ou quatre au coup ; de rondes), du roc et
qu’on a corseté, à son assaut la fougère,
l’assaut buté de petites crosses sans âge
et des ramées que le soleil astique, menu
pommier qu’on croirait croissant dans des
vergers poneys et d’autres ramées sauge :
mesdames messieurs nous arrivons à redon.

2 commentaires:

brigetoun a dit…

voyager avec vous

alain giorgetti a dit…

3 x 9 x 41 = 1 107 => 1+1+0+7 = 9. Comme disait Perec : la contrainte créé du neuf, CQFD-SNCF !