14.07.10

À QUOI TU PENSES ?
(3 x 9 lignes de 41 signes avec espaces.)

01. à quoi tu penses ?
je pense à venise et bretagne que ma mère
chante — qu’elle m’apprend, puis qu’à mon
tour je chante, et la toute première fois
qu’on me charrie proche brocéliande je ne
chante même que ça, avec ingéré lors d’un
pardon à auray sainte anne, ô notre mère,
toi que nous adorons
(ou bien implorons
le fait est, j’en emplis l’auto), entends
notre prière — et bé-é-nis tes bretons...


02. à quoi tu penses ?
je pense à venise et bretagne que je fais
retentir quand à 8 ou 9 ans l’on m’amène,
l’on me voiture près brocéliande, où sont
de ma mère la souvenance vivace de pleins
étés, des cousins devant qui l’on me pose
en façon de miraculeux drageon, de pousse
issue tard, improbablement crue depuis ce
qu’ils se rappellent après-guerre de leur
amie entre-temps vieillie, mais ailleurs.

03. à quoi tu penses ?
je pense à la chenue, marie-joseph face à
qui l’on me campe, au-devant d’un âtre où
de la saucisse transpire sous la braise à
10 heures du matin, marie-joseph qui sait
ma mère à seize ans ; ma mère au battage,
ma mère courtisée sillonnant sur le cadre
d’un biclou les bourgs du cru, ma mère et
ses socques d’immédiat après-guerre, dont
marie-joseph emportera l’image avec elle.

2 commentaires:

Mario Alonso Bermudez a dit…

cette photo me rappelle une image de magritte, pas dans la forme, mais le fond... celle avec ce verre d'eau posé sur un parapluie ouvert et qui a pour titre au moins le mot Hegel si je ne me trompe pas. Mario qui photographie et écris sur Oléron jusqu'à la fin du mois.

planeth a dit…

c'est magnifique, c'est magnifique, c'est magnifique.. qu'est-ce que je voulais dire déjà? ah oui, c'est magnifique. Merci.