16.07.10

À QUOI TU PENSES ?
(3 x 9 lignes de 41 signes avec espaces.)

01. à quoi tu penses ?
je pense à la pointe du raz (beg ar raz),
vers quoi ce dimanche un autocar me mène,
je pense qu’en route ce sont des champs —
que le maïs au soleil fait des lames, que
l’orge ondoie quand le blé froisse —, que
le matin la lumière est incomparable, que
la râpe alors, la râpe à exister ne l’est
certes pas moins (c’est que, chaque matin
je suis ce chat qu’on noie dans un seau).

02. à quoi tu penses ?
je pense que les goélands de la pointe du
raz — vers la baie des trépassés prospère
bas une colonie de cormorans — s’aboulent
proches à se laisser toucher quasi, qu’on
jouit du coup de l’œil piqué plein crâne,
de l’éclat qu’on y voit souhaitant y lire
une chose de l’ordre de la reconnaissance
et puis des plumes le lait — ainsi que de
la soie soyeuse comme un dedans de bogue.

03. à quoi tu penses ?
je pense qu’à la pointe, j’ai la côte qui
craque, qu’une allégresse m’essore et que
pour un peu ma vie défile comme on assure
qu’elle s’éploie aux œils des trépassants
mais qu’ici c’est la joie, dont je dois —
tout entiers — les effets aux coussins de
bruyère et l’ajonc, aux cailloux balancés
mais infiniment lents contre des ciels, à
la fleur de genêt (qui fait une gouache).

1 commentaire:

Mario Alonso Bermudez a dit…

vous me faites aimer la bretagne et la littérature plus que je ne les aime déjà... Mario